La région de Chalon produit et expédie au fil de l'eau

Lire l'article en .pdf
mines & carrières 198 - décembre 2012

 

Dans le cadre d’une journée technique, le district Bourgogne-Franche Comté, de la Sim, a fait découvrir au mois de septembre deux activités bien différentes de la région : une carrière qui exploite un gisement d’alluvions silico-calcaires et l’usine Areva de Chalon/Saint-Marcel, spécialisée dans la fabrication de composants de grande dimension sans équivalents dans le monde. Ces deux sites ont un point commun : ils utilisent la voie d’eau pour transporter leur production.

 

Cette journée technique, qui a rassemblé 20 participants, a été consacrée à deux visites : la première dans une exploitation alluvionnaire de granulats, la carrière de Verjux exploitée par C2B (filiale de Vicat Granulats), et la deuxième à l’usine Areva de Chalon/Saint-Marcel, un site du groupe spécialisé dans la fabrication de composants lourds de la boucle primaire des réacteurs nucléaires.

Des matériaux pour le béton

C2B (Carrière Bresse Bourgogne) est une filiale de trois groupes cimentiers français : Ciments Français, à travers sa filiale granulats GSM, Vicat Granulats et Holcim Granulats. Ces grands groupes ont étendu leurs activités à la production de granulats et de béton. Ils emploient plus de 10 000 personnes en France.

C2B est spécialisé dans l’extraction et le traitement de matériaux en Saône-et-Loire et en commercialise chaque année environ 500 000 tonnes, essentiellement destinés à la fabrication du béton et de ses dérivés.

Ses principaux clients sont les centrales à béton, les usines de préfabrication, les négociants et les chantiers de la région.

C2B exploite quatre carrières alluvionnaires (Verjux, Ouroux, Pierre-de-Bresse et Fretterans) ainsi que deux installations de traitement de granulats (Pierre-de-Bresse et le port sud de Chalon-sur-Saône).

La carrière de Verjux expédie 2 à 3 barges de 600 tonnes

Exploité depuis 2009, le site est autorisé à l’exploitation jusqu’en 2029 (période renouvelable).

L’extraction s’effectue dans la plaine alluviale de la Saône et non en lit vif. Une drague à godets de marque Rohr, d’une capacité 240 tonnes/heure, extrait les alluvions silico-calcaires sous 10 à 12 mètres d’eau.

Ces matériaux sont criblés et lavés sur la drague puis recomposés et transportés par des convoyeurs flottants sur 100 mètres puis par des convoy-eurs de plaine sur 2 000 mètres jusqu’au quai de chargement situé en bord de Saône.

Deux entreposages localisés permettent d’assurer l’homogénéisation des granulats. Ils garantissent une capacité au chargement des barges de 800 tonnes/heure.

C2B possède son propre matériel fluvial : deux pousseurs de 500 et 250 ch ainsi que quatre barges de 600 tonnes unitaires.

Ce parc fluvial permet d’approvisionner l’installation de traitement du port sud de Chalon-sur-Saône, situé à 20 kilomètres de Verjux, à raison de 1 500 tonnes/jour.

La plateforme portuaire de Chalon est gérée par la chambre de commerce et de l’industrie qui en a confié l’exploitation à sa filiale Aproport. Cette dernière gère l’activité des ports de Chalon, Mâcon et Villefranche.

C2B est une société respectueuse de l’application des règlementations environnementales. La carrière fait l’objet d’un réaménagement coordonné, parallèlement à l’extraction. Deux hectares sont découverts chaque année et, en 2029, date d’extension d’exploitation autorisée, la superficie extraite (environ 35 hectares) sera aménagée en plan d’eau avec trois zones : une pour les loisirs, l’autre pour la pêche et la dernière à vocation écologique.

Un partenariat entre C2B et l’Association ornithologique et mammalogique de Saône-et-Loire (AOMSL) assurera la gestion écologique du site.

L’usine Areva de Chalon/Saint-Marcel : une dimension internationale, un métier spécifique

Areva est une société à dimension internationale qui emploie environ 50 000 personnes dans le monde dont 30 000 en France.

Numéro un mondial du nucléaire, Areva couvre la totalité du cycle du combustible nucléaire, de l’exploration - extraction de l’uranium, en passant par sa conversion et son enrichissement, la fabrication du combustible nucléaire, la conception des réacteurs jusqu’au recyclage des combustibles usés.

Par ailleurs, l’entreprise développe ses activités dans les énergies renouvelables (éolien, solaire, bioénergies, hydrogène et stockage) afin de devenir un des leaders mondiaux de ce secteur.

La Bourgogne est le creuset historique de la sidérurgie moderne. Autour des forges du Creusot, les industriels locaux ont su faire évoluer les métiers de la métallurgie et de la mécanique. L’usine Areva a été créée en 1975, près de Chalon-sur-Saône, et emploie 1 000 personnes. Elle est dédiée à la conception et à la fabrication des composants lourds des réacteurs nucléaires : cuves et couvercles, générateurs de vapeur, pressuriseurs. Les activités connexes de forge et d’usinage sont localisées au Creusot, et la fabrication de composants mobiles à Jeumont (Nord).

Dans ce domaine, les clients d’Areva sont les exploitants de parc électronucléaires, parmi lesquels figure majoritairement la France, mais aussi l’Afrique du Sud, l’Asie, l’Europe et les États-Unis. Areva équipe ainsi 106 réacteurs dans onze pays.

L’usine de Chalon/Saint-Marcel est le fournisseur exclusif des éléments des quatre réacteurs EPR (réacteurs de génération III+) en construction en Finlande (Olkiluoto), en France (Flamanville) et en Chine (Taishan).

L’usine est installée sur 39 000 m2, rassemblant des ateliers couverts débouchant sur la Saône afin de permettre l’expédition fluviomaritime des composants.

La particularité de l’usine est de conjuguer la fabrication et la manutention de pièces gigantesques, telles qu’un générateur de vapeur (25 mètres de haut, 525 tonnes) avec des méthodes de fabrication au centième de millimètre.

À la base, les services ingénierie d’Areva définissent la conception des cuves, couvercles et internes des cuves, générateurs de vapeur et pressuriseurs, à partir du cahier des charges défini par le client, selon le type de réacteur à construire.

Ensuite, la fabrication requiert des opérateurs hautement qualifiés encadrés par des experts en métallurgie. Elle repose sur des procédés de fabrication très spécifiques : usinage au centième de millimètre, environ 80 techniques différentes de soudage assurées par des opérateurs qualifiés (la règlementation nucléaire limite à deux ans les qualifications des soudeurs qui doivent être à nouveau obtenues) et assemblage de sous-éléments guidé au laser au dixième de millimètre.

Les phases de fabrication sont surveillées et contrôlées par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et les clients, Areva ayant toutes les certifications afin de pouvoir répondre aux exigences des autorités de sûreté nucléaire du monde entier.

Quand les composants lourds du réacteur nucléaire sont achevés, ils sont acheminés par la Saône jusqu’à la Méditerranée pour un transport maritime.

En Bourgogne, Areva est un acteur-clé du tissu économique local, le premier employeur privé de Saône-et-Loire et travaille avec plus de 600 fournisseurs.

Enfin, l’usine de Chalon/Saint-Marcel s’inscrit dans le futur en participant à la formation de jeunes soudeurs, en particulier en relation avec l’Association française des professionnels de l’industrie de Bourgogne (AFPI).

 

Michel Boisson
Vice-président du district
Bourgogne-Franche Comté
Société de l’industrie minérale