Visites techniques

Les visites techniques ont lieu le mardi 17 octobre.
Vous pouvez avoir plus d'informations sur les visites en déroulant les titres.

Visite technique 1 - Andra, Centre de Meuse/Haute-Marne

Andra, Centre de Meuse/Haute-Marne

 

Départ autocar : 6 h 30
Équipements fournis par l’Andra.

 

Usine Placoplatre de Chambéry

L'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) est implantée à la limite des départements de la Meuse et de la Haute-Marne dans le cadre des études et recherches sur le stockage profond pour les déchets radioactifs de haute activité (HA) et de moyenne activité à vie longue (MAVL).
Conformément aux lois du 30 décembre 1991 et du 28 juin 2006, l'Agence a pour mission d'étudier la faisabilité d'un stockage de déchets radioactifs en formation géologique profonde et de mener des études scientifiques et techniques nécessaires au développement du projet Cigéo.
Le Centre de Meuse/Haute-Marne est composé de trois entités.

Le Laboratoire souterrain
Situé en bordure du Bassin parisien, outil scientifique et technique, le Laboratoire souterrain permet d'étudier in situ une couche argileuse vieille de 163 millions d'années. Il se compose :

  • d'installations de surface (administration, ateliers, laboratoires et bâtiment d'accueil du public), sur une superficie de 17 hectares ;
  • d'installations souterraines, 1 700 mètres linéaires à 445 et 490 mètres de profondeur, implantées directement dans la couche argileuse du Callovo-oxfordien.

L'Espace technologique
Afin de présenter le projet de centre de stockage géologique Cigéo, l'Andra dispose d'un bâtiment de 4 700 m2 où sont exposés des démonstrateurs technologiques. Ils permettent de vérifier la fiabilité et la robustesse des conteneurs et prototypes de manutention qui pourraient être utilisés dans Cigéo.

L'Écothèque
Ce bâtiment de 1 400 m2 permet de conserver les échantillons récoltés par l'Observatoire pérenne de l'environnement (OPE) dans le cadre de l'état initial et du suivi de l'environnement autour de Cigéo. Elle est composée d'une partie publique et de locaux de conservation d'échantillons (eaux, sols, végétaux et animaux), conservés à sec (+18 °C), surgelés (-80 °C) ou cryogénisés (-150 °C).

Visite technique 2 - Carrière pour granulats et cimenterie

Carrière pour granulats et cimenterie

Départ autocar : 7 h 30
Chaussures de sécurité, casque, gilet haute visibilité, lunettes de protection.

 

Carrière Granulats Vicat à Maizières

La carrière de Maizières, située sur la côte de Moselle à 15 km au sud-ouest de Nancy, est exploitée depuis plus de 20 ans. Quinze personnes travaillent sur le site. La production moyenne s’élève à 500 000 t/an et les réserves sont estimées à 50 années. Le gisement est constitué de calcaire à polypiers, formation carbonatée dure qui forme la cuesta lorraine. L’exploitation commence par un minage sur 3 fronts de 15 mètres de hauteur. Les matériaux abattus sont marinés par dumpers sur une installation de criblage, concassage et lavage pour leur valorisation sur le marché local et régional :

  • les produits de scalpage sont consommés par la cimenterie Vicat de Xeuilley ;
  • les produits issus de la chaîne primaire et secondaire sont destinés au marché de proximité du BTP ;
  • les produits lavés élaborés sur l’installation tertiaire sont destinés à fabriquer du béton prêt à l’emploi.

Granulats Vicat, acteur de l’économie circulaire, apporte une solution pour gérer et valoriser des déchets inertes du BTP en développant l’activité de recyclage et la réutilisation des terres dans le réaménagement de la carrière, soit environ 120 000 t/an. Implantée sur le plateau Sainte-Barbe, Espace naturel sensible, le réaménagement, réalisé en concertation avec les parties prenantes et avec la participation des riverains, répond à une vocation écologique. La carrière a reçu le premier prix du concours du développement durable de l’UEPG le 27 novembre 2013, obtenu le niveau 4/4 de la Charte environnement de l’Unicem et est triple certifiée ISO 9001, ISO 14001, OHSAS 18001. La sécurité, la performance environnementale, l’innovation industrielle et la satisfaction des clients restent la priorité du site.

Cimenterie Vicat de Xeuilley

Reconstruite par le groupe Vicat dans les années 1970, la cimenterie de Xeuilley est active en Lorraine depuis la fin du XIXe siècle. Elle a fait l’objet d’investissements importants visant à optimiser son prix de revient, à réduire les rejets et à améliorer la sécurité.
Xeuilley produit des ciments utilisés pour le développement et l’aménagement de la région Grand Est. La visite partira de l’extraction de marne dans la carrière adjacente, se poursuivra avec la cuisson, le broyage du clinker en ciment, et l’expédition, y compris le chargement de wagons de ciment en vrac, pour l’envoi de plusieurs trains par semaine en région parisienne.
Grâce à la capacité d’adapter ses fours et ses installations, la cimenterie est devenue un acteur majeur dans la valorisation matière et énergie de nombreux déchets ou sous-produits locaux. Ces valorisations de matières et combustibles de substitution placent la cimenterie au cœur de l’économie circulaire locale comme un outil au service de son territoire.

Visite technique 3 - Travail à l’explosif et drones

Travail à l’explosif et drones

 

Départ autocar : 7 h 30
Chaussures de sécurité, casque, gilet haute visibilité, lunettes de protection

 

Novacarb, filiale du groupe chimique français Novacap, exploite depuis 50 années la carrière du Révoi située à Pagny-sur-Meuse, aux limites de la Meurthe-et-Moselle et de la Meuse. L’exploitation du calcaire alimente les fours à chaux de l’usine de production de carbonate et de bicarbonate de sodium située à Laneuveville-devant-Nancy.

Le gisement de cette carrière d’une superficie de 148 hectares, avec une hauteur de 75 m, s’est constitué à partir de sédiments marins coquilliers et coralliens. Il se distingue par sa pureté exceptionnelle en carbonate de calcium, voisine de 98 %. Il est recouvert d’une couche d’une trentaine de mètres de matériaux marno-calcaires utilisés essentiellement dans le réaménagement du site.

L’exploitation du calcaire est réalisée par abattage à l’explosif selon la méthode des mines verticales. Chacun des quatre fronts de taille, inclinés à 18°, a une hauteur d’environ 20 mètres.

La fabrication sur site de l’explosif par les unités mobiles a incité Novacarb et EPC France à conclure un partenariat avec la mise à disposition par Novacarb, sur le site de la carrière, d’une base qui permet le chargement des camions UMFE. Les UMFE améliorent la sécurité des tirs : le stockage et le transport d’explosifs sont limités aux détonateurs, les risques d’accident pendant la mise en œuvre ou les opérations d’extraction des matériaux sont très diminués.

Les techniques d’imagerie de précision aérienne par drone offrent de nouvelles solutions pour procéder au suivi de l’exploitation tout en permettant les calculs de cubature, les bilans granulométriques des tirs de mine, ainsi que la remise en état du site.

Par leur souplesse d’emploi, les drones réalisent des relevés réguliers en minimisant les interactions avec les activités d’exploitation. Les techniques de traitement d’image permettent d’élaborer un modèle numérique de la carrière, à partir duquel sont calculés tous les volumes entre deux prises de vue.

L’ensemble des mesures et données disponibles sont rassemblées, stockées et valorisables facilement, y compris celles qui restent souvent sous-utilisées, et sont accessibles sur tout support (ordinateur, tablette, smartphone).

En matière de minage, ces images aériennes offrent un appréciable outil d’aide à la décision basée sur un rendu visuel en 3D et mis à jour en temps réel, facilitant un pilotage précis du site d’extraction ou du chantier. Le reporting et les tableaux de bord sont disponibles en permanence et consultables de manière intuitive pour toujours plus de sécurité et de réactivité dans la gestion quotidienne.

Visite technique 4 - L’acier d’aujourd’hui et la fonte d’hier

L’acier d’aujourd’hui et la fonte d’hier

 

Départ autocar : 8 h 00
Chaussures de sécurité, casque, gilet haute visibilité et lunettes de protection

 

L’unique laminoir de rails de chemin de fer en France

Inaugurée en 1892 par la famille De Wendel, l’usine d’Hayange a intégré le groupe British Steel en 2016. Elle emploie près de 400 personnes et produit 330 000 tonnes de rail par an. Cette usine est la seule en France à fabriquer des rails dont la longueur de 108 mètres limite le nombre de soudures.

Après le réchauffage, les blooms prennent la forme du rail dans différentes cages de laminoirs. Un traitement thermique est effectué pour augmenter la dureté des rails destinés aux voies lourdement chargées ou fortement sollicitées. Les rails sont contrôlés à de nombreuses étapes de la fabrication (rectitude, qualité d’acier, respect dimensionnel, etc.). L’usine propose un catalogue de plus de 80 profils qui peuvent être déclinés en 25 nuances d’acier.

Les rails standards, qui représentent 70 % de la production, sont destinés aux voies ordinaires du réseau et aux LGV : à 300 km/h, un TGV franchit 83 mètres par seconde. Une grosse partie de la production est exportée dans 38 pays.

Parc du haut fourneau U4 à Uckange

Symbole fort du patrimoine industriel de la vallée de la Fensch, U4 était le dernier des six hauts fourneaux de l’usine d’Uckange. Témoin de l’essor économique de toute la région dans les années 1960-1980, le haut fourneau U4 s’est éteint en 1991, après un siècle d’activité, d’histoire industrielle, humaine et sociale.

Il est inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis 1995. En juin 2005, la communauté d’agglomération du Val-de-Fensch en fit l’acquisition. Après d’importants travaux de mise en sécurité et de désamiantage, le Parc s’est ouvert au public en octobre 2007.

Maintenant symbole d’une histoire forte, décor à l’esthétique saisissante, le Parc du haut-fourneau U4 devient lieu et source de création. Axé sur les arts de la rue et le cirque, le projet culturel du U4 se construit et s’enrichit des rencontres entre patrimoine et art, entre artistes et public. Le U4 permet aux artistes et aux compagnies, dans leur phase de production ou sur des spectacles aboutis, de dessiner de nouveaux regards sur ce lieu et ce territoire, de réinventer des univers et de permettre la rencontre entre de nouvelles formes artistiques, les visiteurs et les habitants.

Jouxtant le haut fourneau, le jardin des Traces est un parc paysager, aménagé par la ville d’Uckange, situé à l’emplacement de l’ancienne agglomération de minerai de fer. Un endroit propice aux flâneries et aux promenades.

 

Visite des sites soumise à des conditions particulières :

  • clôture des inscriptions le 15 septembre 2017 ;
  • joindre la photocopie d’une pièce d’identité valide le 17 octobre.

Le jour de la visite, pièce d’identité en cours de validité.

Visite technique 5 - Biomasse énergie et déchets spéciaux

Biomasse énergie et déchets spéciaux

 

Départ autocar : 8 h 15
Chaussures de sécurité, casque et gilet haute visibilité

 

UEM (Usine d’électricité de Metz)

Entreprise locale de distribution d’électricité depuis 1901, la société d’économie mixte UEM est aussi productrice d’électricité et d’énergie pour le chauffage urbain. Principale source de production, la centrale de cogénération de Metz Chambière s’est dotée de l’une des plus importantes unités biomasse de France, en 2012.

D’une puissance de 45 MW, cette unité utilise près de 100 000 t/an de plaquettes issues exclusivement de résidus de bois. Pour son approvisionnement, une filière a été élaborée avec la collaboration de l’Office national des forêts, de la coopérative forestière Forêts et bois de l’Est pour les forêts privées et de quelques opérateurs locaux dans les domaines forestiers et de l’environnement.

L’unité biomasse fournit 10 000 ménages en électricité et 20 000 en chauffage urbain. Grace à cette unité, UEM dessert l’un des premiers réseaux de chauffage urbain français alimenté à plus de 66 % par des énergies renouvelables, ce qui en fait une référence nationale tant au niveau écologique que par sa performance industrielle.

 

Cedilor : 20 ans de valorisation des déchets

Cedilor, filiale du groupe Sarpi / Veolia, est implantée en Lorraine depuis 1980 et sur le site de Malancourt-la-Montagne / Amnéville depuis 1997. Cedilor apporte une solution pour la gestion des déchets industriels dangereux en provenance des industriels, artisans, laboratoires et collectivités de la région Grand Est. Elle assure le traitement et la valorisation de 135 000 t/an de déchets liquides, pâteux, solides ou pulvérulents.

Triple certifiée ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001, la sécurité, la performance environnementale, l’innovation industrielle et la valorisation sont au cœur des objectifs du site. Ces éléments ont été particulièrement pris en compte dans l’unité de Malancourt-la-Montagne à travers le développement de nouvelles filières permettant d’extraire la fraction valorisable des déchets, en maîtrisant les aspects économiques et l’impact environnemental global.

Découvrons sur ce site une unité d’extraction et précipitation sélective de métaux (brevet Sarp Industries) et une unité de séparation de phase minéral / organique pour valorisation matière et énergétique (boues d’usinage, terres de filtration, solides métalliques souillés, etc.).

Visite technique 6 - Nouvelles technologies et recherche dans l’acier

Nouvelles technologies et recherche dans l’acier

 

Départ autocar : 8 h 30
Chaussures de sécurité, lunettes de protection

 

Cokerie de Florange

Florange est un des huit sites intégrés d’Atlantique et Lorraine, depuis 2012, au sein du segment Flat Products d’ArcelorMittal Europe. Grâce à sa large gamme de produits, c’est un partenaire incontournable de l’industrie automobile et de l’emballage métallique, et aussi de l’industrie en général. Le périmètre Atlantique et Lorraine comprend huit unités industrielles (6 800 salariés) et offre une capacité de production annuelle de 7 Mt de brames.

Fondé en 1948 sous le nom de Sollac (Société lorraine de laminage en continu), le site de Florange est réparti sur plusieurs communes de la vallée de la Fensch : 550 hectares. Il est réputé pour la qualité de ses aciers revêtus à haute valeur ajoutée, utilisés dans l’automobile pour de multiples pièces de carrosserie ou de sécurité. Florange est reconnu par ses clients de l’industrie générale et de l’emballage métallique grâce à des produits comme le Solfer (émaillage) ou le DWI (boîtes boissons, les “canettes”). Florange livre également plusieurs sites d’Atlantique et Lorraine en semi-produits.

Depuis l’arrêt de la filière liquide, la cokerie de Florange (située sur la commune de Sérémange), d’une capacité de 0,7 Mt/an, fournit le coke aux hauts fourneaux de Dunkerque.

Laboratoires de recherche à Maizières-lès-Metz

ArcelorMittal Maizières-lès-Metz est le plus grand campus de recherche du groupe ArcelorMittal. Employant 560 chercheurs (ingénieurs et techniciens) sur un site de 24 hectares, il réunit quatre centres de recherche : minéralurgie, procédés sidérurgiques, produits dédiés aux marchés de l’automobile et de l’emballage. Il est complété par une unité de services partagés qui vient en soutien des activités de recherche.

Actif depuis mai 2008, le centre de recherche Mining & Mineral Processing (minéralurgie) a pour principale mission d’apporter aide et expertise aux différentes mines du groupe, principalement les mines de fer. Celles-ci sont réparties sur tous les continents à l’exception de l’Australie. Deux laboratoires, l’un de caractérisation minérale et l’autre de traitement des minerais, caractérisent et enrichissent des dizaines d’échantillons par an. Une usine pilote d’enrichissement est en projet, ainsi qu’une unité de production de boulettes de minerai.

Sur le site de Maizières-lès-Metz, de nombreux pilotes (agglomération, coulée continue, crash test, emboutissage à chaud, galvanisation, etc.) permettent d’améliorer les aciers d’aujourd’hui et de créer ceux de demain.