Visites en district Est : entre chaux et laitiers de hauts fourneaux

Lire l'article en .pdf
m&c 114 - avril 2005

 

L’installation de traitement des calcaires de Dugny et celle de la Société Lorraine d’Agrégats ont constitué deux buts de visite au cours de la journée technique organisée par le district Est de la SIM courant mars.

 


Le district Est de la SIM a organisé une journée technique le 11 mars dernier qui a permis à une quarantaine de participants de visiter les carrières et fours à chaux de Dugny (55) et le site crassier de Moyeuvre (57) appartenant à la Société Lorraine d’Agrégats (Slag).

Dugny, la première implantation belge de Lhoist

Fondée en 1926 par Léon Lhoist, l’usine de Dugny est le premier jalon de l’extension française du groupe Lhoist d’origine belge. Grâce à sa logistique basée sur le chemin de fer, l’usine a été l’un des principaux fournisseurs en chaux de la métallurgie lorraine. Elle peut s’enorgueillir d’exporter près de la moitié de sa production vers l’Allemagne.

Outre la chaux en roches, l’usine a élargi sa gamme de produits par ses installations de broyage et d’hydratation. Un équipement performant et le souci de la qualité à chaque stade de la production aident à respecter les spécifications fixées dans le cadre de la norme ISO 9002.

La visite du signe de Dugny a été menée sous la conduite de M. Dujardin, son directeur, assisté de MM Desmytter, chef du service développement et Brard, chef du service carrières.
La carrière. Le gisement de calcaire de Dugny est caractérisé par une teneur en eau de 8 à 10 %. Sa qualité particulièrement homogène permet d’effectuer des tirs allant jusqu’à 30.000 tonnes par temps sec. Un pompage permanent est indispensable car le fond de la carrière se situe à 12 mètres sous le niveau de la Meuse.

Le concassage. Deux unités de concassage sont installées de part et d’autre de l’usine. Elles sont constituées chacune d’un concasseur primaire, à mâchoires, et d’un concasseur secondaire, à cylindres dentés. La pierre de granulométrie insuffisante est utilisée pour le réaménagement de la carrière, tandis que les pierres de dimensions supérieures sont acheminées vers les fours.

Les fours. L’usine dispose de trois batteries de 4 fours à coke droits de type Warmestelle, équipés de filtres performants. Leur capacité totale est de 1.700 tonnes/jour de chaux en roche.

Broyage et mouture. Cette étape de la production est réalisée dans une installation moderne, équipée de broyeurs à marteaux et d’un séparateur dynamique pour produire des chaux d’une grande finesse, dont la granulométrie maximale peut aller de 45 µ à 2 mm. Les débits de production varient de 30 à 70 tonnes/heure suivant le type de produit.
Hydratation. La chaux éteinte, appelée aussi “fleur de chaux”, se présente sous la forme d’une poudre sèche. La réaction se passe à l’intérieur d’un hydrateur à trois auges, d’une capacité de production de s10 tonnes/heure, où l’eau et la chaux sont mélangées au moyen d’une vis de malaxage.

Expéditions. Les produits sont expédiés en vrac, par la route ou par le rail.

Des laitiers valorisés par la SLAG

La Société Lorraine d’Agrégats (SLAG) exploite et valorise des laitiers cristallisés de hauts fourneaux sur plusieurs sites de Lorraine. Sa production annuelle est de l’ordre de 3 millions de tonnes. Les matériaux fabriqués sont utilisés en génie civil et en construction dans le bâtiment sous forme de graves, sables et gravillons. Pour exploiter le dernier gisement important de laitier à Moyeuvre-Grande, la SLAF a investi en 1997 et en 1998 dans une installation de concassage-criblage d’une capacité de 1.000 tonne/heure. Cette usine comprend deux lignes parallèles, un important système de déferraillage ainsi que des cribles adaptés aux produits à traiter.

L’approvisionnement du brut est assuré par des tombereaux sur une distance de 3,5 km. Les produits finis sont stockés dans des silos ou sur des zones couvertes. Les camions des clients sont chargés automatiquement.

En 2004, la SLAG a obtenu les normes NF 12620, 13043, 13139 et 13342 pour ses granulats.
L’accueil et la présentation du site ont été effectués par M. Bruncher directeur de la SLAG assisté de Mlle Sommier responsable qualité, et de MM Tatangelo responsable du matériel et Steinbach responsable du site de Moyeuvre.

Le site de Moyeuvre-Grande. Le laitier cristallisé exploité sur le site provient du crassier dit “du Pérotin”. Ce crassier a été constitué par l’apport de laitier des hauts fourneaux de Joeuf et de Moyeuvre, du début du XXe siècle jusqu’aux années 1970. Les dimensions de ce crassier font état d’une longueur de 4.000 mètres, sur une largeur de 250 mètres et d’une hauteur de 60 mètres.

Le matériel de pesage du site est limité aux bascules d’entrée et de sortie du site. Ces bascules sont contrôlées par un organisme agréé permettant leur utilisation lors de transactions commerciales.

Le laboratoire. Intégré au site de Moyeuvre, il est équipé depuis 1998 du matériel nécessaire au suivi des granulats de l’ensemble des sites de production. Les essais qui y sont réalisés permettent une caractérisation des propriétés mécaniques et physiques des granulats, ainsi que leurs caractéristiques de fabrication.
Le laboratoire de la SLAG s’équipe régulièrement de nouveaux matériels pour suivre au mieux les granulats élaborés.

Le marquage CE. La directive produits de construction (DPC) a prévu le marquage CE réglementaire, dès le 1er juin 2004, des granulats pour leur mise sur le marché, tant en France que dans l’Union Européenne. Ce marquage atteste que les produits satisfont aux dispositions de la réglementation européenne.

La Société Lorraine d’Agrégats a été une des toutes premières entreprises en France à être auditée pour l’ensemble de ses sites par le Laboratoire central des ponts et chaussées pour le marquage CE de ses granulats (laitiers de hauts fourneaux et scories d’aciérie) concernant les utilisations suivantes :
- granulats pour mélanges hydrocarbonés et pour enduits superficiels utilisés dans la construction des chaussées, aérodromes et autres zones de circulation (NF EN 13043) ;
- granulats pour matériaux traités aux liants hydrauliques et matériaux non traités utilisés pour les travaux de génie civil et pour la construction des chaussées (NF EN 13242) ;
- granulats pour béton (NF EN 12620) ;
- granulats pour mortier (NF EN 13139).

Après plus de 6 mois d’application, la SLAG a pu annoncer que son système de maîtrise de la production a été audité avec succès et que ses granulats répondent pleinement aux dispositions de la Directive produits de construction.

Par ailleurs, l’entreprise s’est engagée dans une démarche de certification environnementale destinée à compléter la maîtrise complète de ses activités.
La SLAG est en outre équipée d’une centrale de graves lui donnant les possibilités de fabriquer toute une gamme de graves traitées dont les performances spécifiques répondent aux besoins du réseau routier. Une installation de lavage des granulats complète l’offre des produits commercialisés.

L’engagement environnemental. L’entreprise a développé un système de management environnemental pour que chacun de sites de production limite au maximum son impact dans l’environnement. Des plans d’actions sont établis et suivis pour une bonne gestion des déchets, pour optimiser l’utilisation des installations et limiter les dépenses énergétiques superflues, ainsi que pour améliorer le cadre de vie des employés et des riverains.

Marc Blanc, président du district Est de la SIM a conclu les visites de cette journée en annonçant un prochain rendez-vous du district au quatrième trimestre 2005. Il devrait avoir lieu aux MDPA avec pour thème la “réhabilitation des terrils”,  et éventuellement une visite aux sablières Léonhart à Saintes Marie-aux-Mines.

 

Claude Thiery